VEGETIUS, Publius-Renatus.- Mulomedicina

 

VEGETIUS, Publius-Renatus.- Mulomedicina. De Curis Boum Epithoma.- manuscrit sur papier de format petit in folio de 114 feuillets de la seconde moitié du 15ème siècle. Reliure de l’époque en veau brun sur ais de bois, dos à trois nerfs orné à froid, plats ornés d’une succession d’encadrements à froid avec en leur centre un décor doré formé de quatre fleurons superposés avec, pour le premier plat, le nom de l’auteur VEGETIVS en lettres dorées. Vestiges de liens, tranches dorées et gaufrées.

prix sur demande

vegetius-1

Exceptionnel manuscrit signé par son copiste Hyppolite de Luna, réglé et écrit d’une belle écriture humanistique parfaitement lisible, employant peu de ligatures et présentant de nombreuses similitudes avec les fontes du caractère romain créées par Nicolas Jenson à Venise à partir de 1470. Chaque page mesure 190 x 282 mm et affiche un texte de 28 lignes de 140 x 185 mm dans la réglure, offrant ainsi de belles marges annotées entre-autres par Hyppolite de Luna lui-même. Les cahiers de début et de fin d’ouvrage sont de 10 feuillets dont le premier et le dernier sont collés à la reliure, les 12 autres cahiers sont de 8 feuillets chacun avec un manque d’un feuillet au huitième cahier (ff 58). Chaque fin de cahier est signalée par la présence d’une réclame formée du mot commençant le cahier suivant écrit perpendiculairement sur la ligne de réglure interne.

Publius Renatus Végèce vécut au quatrième siècle et selon Bernard du Poy-Monclar,  son premier traducteur Français en 1563, il ne ferait qu’un avec l’auteur du célèbre traité d’art militaire de l’Antiquité De Re Militari. 

Notre exemplaire se compose de quatre livres : les deux premiers sont exclusivement consacrés aux maladies du cheval, le troisième traite de la préparation des médicaments quant au quatrième, il concerne la médecine des bêtes bovines.

Feuillet 1 r. Prologo

Feuillet 3r. Incipit liber primus

Feuillet 39v.Incipit prohemium secundus

Feuillet 92v. Incipit tertius prohemium

Feuillet 101r. Finis tercii et ultimi libri de Mulomedicinae

Feuillet 102r. De curis boum epithima ex diversis auctoribus incipit

Feuillet 112v. Indice

Même s’il cite Pelagonius et les Agronomes latins, l’œuvre de Végèce est avant tout influencée par les textes des hippiatres grecs des Géoponiques rassemblés au dixième siècle sous le règne de l’empereur Constantin Porphyrogénète. Ces auteurs qui sont à la base de la médecine vétérinaire occidentale, ont synthétisés tous les savoirs des médecines vétérinaires Byzantines et surtout Arabes pour ensuite les faire connaître à l’ensemble du monde méditerranéen via la Sicile, l’Italie et surtout, la civilisation Arabo-Andalouse. On retrouve notamment les traces de ces savoirs Arabes dans l’emploi des feux, de la cautérisation et surtout dans les matières premières entrant dans les compositions des topiques, onguents et collyres. Cet héritage des connaissances Arabes et leur assimilation au sein de la culture européenne fait de Végetius un véritable passeur de connaissances. Grace à cela, son traité de médecine équine est unanimement considéré comme le plus complet et le plus détaillé du genre et comme le seul que nous ayons pu préserver dans sa totale intégrité. C’est à partir de  tels documents que l’humaniste et médecin collectionneur de manuscrits Janos Zsamboki (Nagyszombat 1531- Vienne 1584), plus connu sous son nom latinisé de Ioannus Sambucus, mit en ordre et fit imprimer pour la première fois ce texte à Bâle en 1528 sous le titre Pvb. Vegetii Viri Illvstris Mulomedicina.

Le volume se termine par l’Explicit du copiste en ces termes : Hoc Vegetii Libellos Hippolytus Lunensis mendosissimo exemplari qua potuit diligentia transcripsit. En 1472 le copiste érudit Hippolyte de Luna (Hippolytus Lunensis) est entré au service du Roi de Naples Ferrante de Argon pour qui il a réalisé ce travail. De Marinis a identifié une vingtaine de manuscrits de sa main répartis dans les plus grandes bibliothèques du monde parmi lesquels ceux de Quintilien, Platon traduit par Marcile Ficin ou encore Lorenzo Valla. Trois exemplaires de ce notre texte sont conservés à la Bibliotheca de la Universidad de Valencia. Pour avoir pu comparer ce texte à celui de l’éditio princeps de 1528, plusieurs variantes les distingue, donnant ainsi tout leur sens aux marginalias d’Hippolyte de Luna dont les prudents Opinor et Credo anticipent les corrections et les ajustements qui suivront jusqu’à l’établissement du texte définitif de 1528.  En cela, ce manuscrit est d’une importance capitale tant pour la compréhension du travail humanistique effectué par le copiste que pour la genèse du premier livre vétérinaire connu en occident.

La reliure a été réalisée à Naples à la fin du XVème siècle et présente de fortes similitudes avec celle d’un autre texte de Vegetius intitulé Epitoma Rei Militaris attribuée à l’atelier de Masone di Maio. Considéré à l’époque comme « excellente, unico en su arte », Masone di Maio est cité par T. de Marinis dans La legatura artistica in Italia, I, planche XXXVII, n°224 ainsi que par A. Hobson dans son ouvrage Humanists and Bookbinders, Cambridge, 1989, pp 110 & 111 où une planche reproduit une reliure présentant de fortes similitudes avec la nôtre.

            Superbe manuscrit d’un texte rare et d’une importance capitale pour l’histoire des sciences vétérinaires héritées du monde Arabo-Byzantin et la compréhension des mécanismes de transmission humanistique des savoirs dans la deuxième moitié du XIVème siècle. Ce livre est également intéressant par sa reliure attribuée à Masone di Maio dont très peu d’exemplaires subsistent dans le monde.

 ——————————————————————