cat. art et recueils de planche

PRESTEL, Johann Gottlieb le jeune. – SANDOR – ALBUM.- Reit & Fahr-Ereignisse aus dem leben des grafen Moritz Sandor

PRESTEL, Johann Gottlieb le jeune. – SANDOR – ALBUM.- Reit & Fahr-Ereignisse aus dem leben des grafen Moritz Sandor.- Gemalt von J. G. Prestel, welcher den Grafen Sandor während 12 jahren begleitet und, mit wenigen Ausnhmen, sämmtlichen Accidents beigewohnt.- Mainz, Verlag von Victor Zabern, sans date ( 1886).- in-folio oblong d’un feuillet de titre imprimé en rouge et noir et de 30 illustrations en photogravure contrecollées sur cartons. Portefeuille cartonné illustré de l’éditeur avec rabats, dos lisse muet, le plat supérieur est orné d’une scène montrant le héros du recueil dans un cartouche avec le titre en lettres dorées.

54-prestel

1 300 €

Unique édition de ce recueil de toute rareté qui, selon le bibliographe spécialisé du cirque Toole-Stoot, est bien constitué d’une trentaine de planches contrecollées sur carton. Les illustrations sont de Johann Gottlieb Prestel né à Francfort en 1804 et mort en 1885 à Mayence, lieu d’édition du présent volume. Ces figures qui s’apparentent à des photogravures représentent des scènes d’accidents à cheval et des exploits équestres mettant en scène le comte Sandor, le héros de l’ouvrage. A la notice consacrée à Baucher, le bibliographe équestre Mennessier de La Lance évoque longuement  ce cavalier hors normes, grand propriétaire hongrois et père de la princesse de Metternich. Connu par le maître au sein du cirque Soulier de Vienne, Baucher le considère alors comme le cavalier le plus hardi qu’on ait jamais vu, acceptant tous les défis et s’en tirant presque toujours à son avantage, il possédera même un cheval gris lui ayant appartenu qu’il baptisera du nom de ce cet écuyer. Ce cavalier émérite viendra en France en 1849 où il donnera à Lyon, des cours d’équitation suivis par beaucoup d’officiers dont un certain L’Hotte alors lieutenant en garnison dans cette ville.

Bel exemplaire de cet ouvrage rare complet, en cartonnage éditeur et dans un tel état de fraîcheur. Les planches sont en feuilles, chaque scène surmonte une légende descriptive – parfois importante – imprimée sur le carton.

Mennessier : à la notice sur Baucher  tome II pages 87 – Tolle-Stoot : IV, 10503.

—————————————————————

ADAM, Albert.- Scènes Comiques d’après nature

ADAM, Albert.- Scènes Comiques d’après nature par Albert Adam.- Paris, Hautecoeur Frères, rue Vivienne et rue de Rivoli, sans date (vers 1860).- in-4° oblong du titre et de 16 planches lithographiées. Cartonnage illustré de l’éditeur dont le plat supérieur reprend l’image du titre.

900 €

Unique édition de cet album de planches humoristiques lithographiées par Godard avec une légende sous chacune, composées et lithographiées par Albert Adam, le fils de Victor. Moins fécond que ce dernier, sa production fut de qualité puisque, à en croire le bibliographe Mennessier de La Lance, son dessin de l’anatomie hippique se révèle plus correct que celui de son père.

Bel exemplaire dont le dos a été renouvelé.

2- Adam

 

——————————————————————

STRADANUS, (Jan van der Straet) et SADELER, Jean.- Equile

STRADANUS, (Jan van der Straet) et SADELER, Jean.- Equile in quo omnis generis generosissi, morum equorum ex variis orbis partibus insignis delectus. Ad vivum omnes delineati à celeberrimo Pictore Iohane Stradano Belga Brugensi et expensis, ac studio Marci Sadeleri in lucem editi.- sans lieu ni date (Venise, tout début du dix-septième siècle) .- in 4° oblong d’un feuillet pour le titre gravé, un feuillet pour la dédicace au Comte François Crescenzi placée dans un encadrement à sujet allégorique, 40 planches. Veau moderne, dos à nerfs orné.

VENDU 11 500 €

P1050244

       Edition originale de cet ouvrage rare dont toutes les planches ont été dessinées en les agrandissant sur le modèle de celles gravées par Philippe Galle et publiées à Anvers vers 1568. Le dessinateur en est le peintre Belge Stradanus dont le véritable nom est Jan van der Straet. Né à Bruges en 1523 , il est initié à l’art par son père qu’il perd tôt, devient maître à Anvers, puis travaille à Lyon avant de gagner l’Italie. Là on le retrouve à Venise, Florence, Reggio, Rome, Naples, puis il retourne à  Florence où il finit ses jours en 1605. Les planches de cette édition ont été gravées par Jean Sadeler. Né en 1550, il apprend la gravure avec son père qui exerce la profession de damasquineur. Il travaille ensuite un peu partout en Allemagne puis gagne également l’Italie et s’établit à Rome puis à Venise : c’est pendant cette période de sa vie qu’il grave les planches de l’Equile.

       Chaque estampe représente un cheval dans un paysage parfois reproduit d’après nature comme pour Naples et Rome. La race du cheval est écrite en latin dans la planche et un quatrain également en Latin est placé en pied de chaque composition. Les scènes les plus remarquables sont celles où les chevaux sont en action : Duellum Equinum, Equus Liber et Incompositu, Equus Germanicus, Phryso ou encore celle représentant une famille de centaures ou une troupe de chevaux sauvages en train de se battre. Le cheval de Stradan est toujours épais et sa façon de traiter les oreilles est reconnaissable entre toutes ; son dessin se révélera important dans l’histoire de l’art en général et plus particulièrement dans celle du livre équestre car il influencera bon nombre d’artistes, comme par exemple l’auteur de la célèbre page de titre gravée de la seconde édition de 1602 du Cavalerice François de Salomon de La Broue. Outre le caractère artistique de sa représentation du cheval, Stradan nous laisse surtout un témoignage unique et inégalé sur le type et le modèle des montures employées par les proto-théoriciens de l’école de Naples, de leurs élèves et de ceux qui leurs succéderont pendant encore au moins un siècle.

       Bel exemplaire de cette suite véritablement rare qui est la première complète vue à ce jour. Les planches sont en premier tirage et à très grandes marges. Quelques pages présentent des traces de déchirures anciennement restaurées. La variation du nombre d’estampes d’un bibliographe à l’autre s’explique par la prise en compte ou non du titre et du frontispice gravés dans la collation.

Mennessier : II, 536 – Anderhub : 335 – Absent de Huzard, de Huth et des catalogues consultés.

 ——————————————————————

PIRSCHER, Karl Dietrich.- Abbildungen Herzoglich-Braunschweigischer Gestüt-Pferde

 

PIRSCHER, Karl Dietrich.- Abbildungen Herzoglich-Braunschweigischer Gestüt-Pferde.- Herausgegeben in Braunschweig, 1827-1828.- Grand in-folio oblong de 16 planches lithographiques en feuilles réparties dans leurs couvertures en papier orné du titre et d’un blason gravé. L’ensemble est chemisé dans une boîte cartonnée moderne en demi maroquin avec le titre doré sur une étiquette placée au centre du plat supérieur. Dos lisse sobrement orné de filets et roulettes dorées.

25 000 €

P1050254

Rare unique édition de ce recueil d’estampes de grand format (630 x 480 mm) représentant les chevaux pur sang Arabe et Anglais du Haras des Ducs de Braunschweig. L’ensemble se compose de deux cahiers contenant 7 et 9 planches en feuilles, chaque cahier est orné d’un décor lithographié et d’une table gravée en troisième de couverture donnant le nom de chaque cheval et celui de ses parents. Le premier cahier s’ouvre avec une vue de la ville de Braunschweig (Brunswick)  et le second sur une représentation du Haras. Viennent ensuite les portraits des reproducteurs les plus marquants dont la jument Arabe Mirza, grise avec des reflets argentés, tachée de rouge sur l’épaule gauche. Présentée au Roi d’Angleterre par le Shah de Perse en 1819, elle fut décrite par son ambassadeur comme la plus noble et la plus excellente Arabe ayant jamais fréquenté les écuries de son maître.  Celle-ci fut transférée au Haras Ducal en 1821 et y assura une prestigieuse lignée comme le montrent les légendes des planches suivantes où figurent ses descendants comme Sélim, Malek-Adel, Abbas-Mirza, Aladin, Irène et Roxelane.

Cet ouvrage est véritablement rare car les quelques exemplaires décrits dans les catalogues de bibliothèques sont tous incomplet. A titre de référence, I. H. Anderhub, le plus  grand collectionneur allemand d’ouvrages hippiques du vingtième siècle, ne possédait que le premier cahier de sept planches. Lors de la dispersion de sa bibliothèque à Münich en juin 1963, ce titre, bien qu’incomplet,  fit partie des cinq ouvrages qui se vendirent le plus cher de la vente aux enchères.

L’exemplaire décrit provient de la bibliothèque du Duc Maximilien Joseph de Bavière (1808-1888) qui ne comptait pas moins de 27 000 volumes. Celui-ci voua une réelle passion pour les chevaux car il se produisit comme cavalier de dressage et fit établir un hippodrome dans son palais de Ludwigstrasse. On devinera  aisément  la place prise par notre exemplaire au sein de sa collection, quand on saura que le Duc Maximilien entreprit un long et éprouvant voyage en Orient en 1838, dans le but d’en ramener quelques chevaux du sang le plus pur, sans doute très proches du type de la jument Mirza dépeinte dans le recueil.

Très bel exemplaire dont les planches sont d’une grande qualité d’impression et dans un excellent état de conservation, présentant seulement quelques rares rousseurs affectant principalement les marges. Il est bien complet de ses couvertures d’origine et même des serpentes de papier japon destinées à protéger les précieuses gravures.

 

Anderhub: 238 (seulement le premier recueil) – Bénézit : VIII-357 « Le Musée National de Brunswick conserve de lui le portrait du Duc Charles II de Brunswick » – Absent des grandes collections de référence comme Huth et Huzard – Wells : 5805 ne fait que citer l’exemplaire incomplet d’Anderhub.

 ——————————————————————

STRASSGSCHWANDTNER, Joseph Anton.- Caprices de Chevaux

STRASSGSCHWANDTNER, Joseph Anton.- Caprices de Chevaux. Suite complète de 24 planches lithographiques en couleurs et à toutes marges ( H 43 cm x L 57 cm).- Vienne par Stammler et Karlstein, Paris par Goupil & Co.- Grand in-folio à l’Italienne de 24 planches en couleurs avec leurs passe-partout. Veau moderne, dos à nerfs orné de fers dorés à motifs équestres, plats ornés d’encadrements dorés et à froid avec une large étiquette de cuir jaspé portant le nom de l’auteur.

VENDU 16 000 €
P1020958

Unique édition de ce recueil de 24 planches lithographiées en couleurs parues simultanément à Vienne et Paris et à l’origine vendues séparément afin d’être encadrées. Elles représentent des scènes de la vie de tous les jours traitées de façon humoristique et montrent des cavaliers en difficultés sur, en dessous ou à coté de leur cheval… Le dessin est admirable et les couleurs ont été parfaitement conservées, chaque planche a été montée sur onglet et elle est présentée sous un passe-partout  monté de la même manière.

Josef Anton Strassgschwandtner est né à Vienne en Autriche le 17 octobre 1826 et est mort dans la même ville le 5 mars 1881. Elève de l’Académie de sa ville, il devient peintre de genre, lithographe et se spécialise dans les sujets militaires, la représentation des animaux et notamment celle des chevaux où cette suite de planches prouve qu’il y excelle.

Bel exemplaire parfaitement établi de ce livre unique qui n’a eu d’équivalent dans aucune des collections connues.

 

Bénézit : IX, 860 – Absent de Mennessier de La Lance – Absent de tous les catalogues de collections consultés et notamment de Huzard, Anderhub et Sarasin.

 ——————————————————————

RUGENDAS, Georg Philipp.- Scènes équestres italiennes et militaires

RUGENDAS, Georg Philipp.- Scènes équestres italiennes et militaires.- Augsbourg, sans date (début du 18ème siècle).- in-folio oblong de 18 planches. Demi chagrin brun du 19ème siècle, dos à nerfs muet, plats recouverts de percaline.

3 000 €

Recueil factice composé de 18 planches gravées et teintées en noir, blanc et brun. Né à Augsbourg le 27 novembre 1666 et mort dans cette même ville en 1742, Georg Philipp Rugendas fut peintre, graveur à l’eau forte, graveur à la manière noire et éditeur. Elève d’Isaac Fischer, il travaille dans le genre de son maître et acquiert une solide réputation non seulement dans son pays mais également en Italie où il se rend en 1692. Il travaille d’abord à Venise auprès de Giovanni-Baptista Molinari puis gagne Rome où il obtient un début de célébrité. Rappelé au chevet de son père mourant, il retourne à Augsbourg en 1695, et assiste aux massacres  des guerres de succession d’Espagne. Il puise la plus grande part de son inspiration dans les scènes de bataille dont il est le témoin et en retranscrira l’horreur dans plusieurs suites d’eaux-fortes. Son œuvre gravée est importante et à l’image de celle de Parrocel en France, autre peintre de bataille, elle témoigne d’une parfaite connaissance du cheval. Il étudie sa représentation avec justesse et le dessine, selon le bibliographe Mennessier de La Lance, avec correction, élégance et une fidélité anatomique rare à son époque et même après lui.

rugendas-2

Comme Ridinger, son compatriote et successeur, il s’adonne presque exclusivement au dessin du cheval au point qu’il ne grave pratiquement pas de scène sans que cet animal n’y soit représenté. Né en 1708, son fils Christian lui succède et grave à Augsbourg les présentes épreuves comme en témoigne la mention en bas à droite Christian Rugendas sculpsit et excudit Aug. Vind. Ces planches sont intéressantes car elle témoignent des deux sources d’inspiration de son père liées au deux périodes de sa vie: l’Italie qu’il a connue avant 1695 avec ses décors de ruines antiques puis la guerre et sa violence après son retour.

Rare suite de cet artiste important et peu connu en France dont Ridinger et d’autres s’inspireront ensuite. Certaines épreuves ont été renforcées ou partiellement doublées sans que cela n’affecte jamais le sujet gravé.

Mennessier : II, 464 « ses gravures sont peu répandues et peu connues en France » – Benezit : IX, 171.

——————————————————————-

Delton, Jean.- Le monde du cheval

DELTON, Jean.- Le Monde du Cheval 1864 :1914 – 100 clichés de la photographie hippique.- Paris, Legoupy-Lacaplain imprimé chez Nieftlé, 1917.- in-4° de 6 feuillets et 100 photographies. Cartonnage illustré de l’éditeur.

VENDU 560€

Exemplaire numéro 404 de l’édition originale de ce bel ouvrage imprimé sur grand papier et réalisé avec le plus grand soin. Ce recueil rassemble cent photographies des personnalités les plus en vue de l’époque, toutes à cheval ou en voiture. Chaque planche hors texte est protégée par une serpente de papier japon imprimée du nom de la personne représentée, de sa qualité et de l’année de la prise de vue. De nombreuses écuyères sont présentes dont la Duchesse d’Uzès, la Duchesse de Fitz-James, Eve de Clerc du Nouveau Cirque ou encore la célèbre Blanche Allarty du Cirque Molier. Bon exemplaire dont le papier est resté frais, le cartonnage présente un manque au dos et une fragilité au niveau du mors supérieur.

——————————————————————-