cat.vétérinaire

LIGER, Louis (anonyme).- La Connaissance Parfaite des Chevaux

LIGER, Louis (anonyme).- La Connaissance Parfaite des Chevaux, contenant la manière de les gouverner, & de les conserver en santé, le détail de leurs maladies,  les moyens de les prévenir & les remedes pour les guérir, avec une instruction sur les Haras: l’art de monter à cheval, & de dresser les Chevaux de Manege: Augmenté d’un nouveau dictionnaire de manege, & d’une table des Matieres très étendue. Le tout enrichi de Figures en Taille-douce.- A Paris, Par la compagnie des Libraires, 1741.- fort in-8° du frontispice, 13 feuillets, 548 pages de texte, 7 planches, 225 pages numérotées 188 par erreur pour le dictionnaire de manège et l’avertissement, 68 pages pour la table des matières, l’approbation, le privilège du roi et le catalogue des libraires. Veau marbré de l’époque, dos à nerfs orné, plats ornés d’un triple filet d’encadrement aux petits fers en écoinçons, tranches rouges.

950 €

Troisième édition la plus complète et considérablement augmentée par rapport aux deux précédentes. L’ouvrage se compose d’abord des trois parties présentes dans les tirages antérieurs : l’élevage et la gestion du Haras, le traitement des maladies et leurs remèdes, le dressage et l’art du manège dont les planches sont des copies réduites et recostumées de l’Instruction du Roi de Pluvinel ; puis viennent ensuite le Dictionnaire de Manège et la très importante table des matières, tous deux en première édition et qu’on ne trouve que dans cette  édition.

Bel exemplaire dans sa première reliure non restaurée, présentant un infime manque de cuir à un mors.

Mennessier : II, 109 – Huzard : III, 4298.

 —————————————————————

LAFOSSE, Philippe-Etienne, dit LAFOSSE fils.- Cours d’Hippiatrique, ou Traité Complet de la Médecine des Chevaux

LAFOSSE, Philippe-Etienne, dit LAFOSSE fils.- Cours d’Hippiatrique, ou Traité Complet de la Médecine des Chevaux, orné de soixante & cinq planches gravées avec soin. Par M. Lafosse, Hippiatre.- A Paris, chez Edme et chez l’auteur, 1772.- 2 volumes in-folio avec pour le premier une planche dépliante rajoutée et montée sur onglet, 5 feuillets pour le frontispice, le faux-titre, le portrait de l’auteur par Harguiniez et gravé par Michel, le titre, la dédicace à son Altesse Charles-Eugène de Lorraine…, XI pages pour la préface et l’approbation, 402 pages de texte, VI pages de table et XVIII pages pour l’explication des planches et l’errata et pour l’atlas 56 planches dont beaucoup sont dépliantes. Basane de l’époque, dos à nerfs orné de sa pièce de titre et de fleurons dorés, tranches rouges.

9 000 €

Première édition de ce bel ouvrage ici relié en deux volumes, l’un contenant le texte et l’autre l’ensemble des 56 planches constituant l’atlas. Le texte et les planches étant toujours reliée ensemble, cette particularité n’est mentionnée que par Mennessier qui cite le catalogue Huzard. L’intérêt de cette scission en deux volumes a permis de conserver les planches dans leur plus grande dimension dont certaines présentent d’ailleurs quelques témoins.

32-lafosse

Un document rare a été relié en début d’ouvrage : il s’agit d’un folio imprimé plié, contenant en première page les observations instructives Sur les ravages qu’occasionnent aux chevaux les différentes espèces de Morves & la maniere de les distinguer suivi au verso d’un Tableau des différens Ecoulemens qui se font par les Narines des Chevaux, désignés sous le nom de Morve. Ce document est anonyme mais les termes employés et la distinction de plusieurs sous-groupes appelés morve de Gourme, de Fausse Gourme, de Morfondure, de Courbature, de Pulmonie, de Pousse, d’Ozene et de Farcin reprennent la classification et les termes utilisés par Lafosse dans son premier ouvrage, intitulé dissertation sur la morve paru en 1761. Ce texte fut destiné à instruire les maréchaux de la cavalerie, afin d’éviter qu’ils ne tuent des chevaux présentant des symptômes de morve dite de la première espèce et jugée non rédhibitoire par Lafosse. Ce document n’est pas signalé par Mennessier.

Bon exemplaire dans sa première reliure discrètement restaurée. Certaines planches présentent de très rares trous de vers localisés dans les marges.

Mennessier: II, 20 – Nissen: 2360 – Huth: 46 – Cohen: 587 – Brunet: III, 765: “Ouvrage fort bien exécuté et qui a été longtemps le meilleur que l’on eut sur cette science” – Mellon: 61 – Leclainche: II, 47 et suiv – Graesse: IV, 77. 

 —————————————————————

LAFOSSE, Philippe dit Lafosse fils.- Guide du Maréchal

LAFOSSE, Philippe dit Lafosse fils.- Guide du Maréchal, ouvrage Contenant une Connoissance exacte du Cheval, & la manière de distinguer & de guérir ses Maladies. Ensemble, un Traité de la Ferrure qui lui est convenable. Par M. Lafosse, Maréchal-Expert. Avec des Figures en Taille-douce.- A Avignon, Chez Chambeau & Comp. Imprimeurs-Libraires, 1800.- in-8° de xij-420 pages. Demi veau de l’époque ou légèrement postérieur, dos lisse orné, tranches marbrées.

760 €

Ce texte connut un réel succès pendant le siècle qui a suivi sa première parution et a servi de référence à la plupart de ceux qui lui ont succédé. Exemplaire bien complet des 10 planches dépliantes qui ont été redessinées et réduites à partir de celles de l’édition in-4° de 1766. Farouchement opposé à Bourgelat et à l’école d’Alfort, Lafosse demeure une des figures qui ont fait progresser la médecine des chevaux.

32-lafosse 2

Bel exemplaire dans sa première reliure dont le papier est resté parfaitement frais, la page 116 présente une salissure résultant d’une maladresse commise par l’artisan ayant réalisé la marbrure des tranches.

 —————————————————————

BOURGELAT, Claude.- Elémens d’Hippiatrique

BOURGELAT, Claude.- Elémens d’Hippiatrique ou nouveaux principes sur la connoissance et sur la médecine des chevaux.- A Lyon, Henri Declaustre et les frères Duplain, 1750, 1751, 1753.- 3 volumes in-12° avec pour le premier tome un frontispice, le titre en rouge et noir, XXX pages de préliminaires, 2 feuillets non chiffrés pour l’approbation et le privilège, 515 pages de texte et d’errata, xliij pages de tables et une planche dépliante ; pour le second tome un frontispice, le titre en rouge et noir, LVI pages de préliminaires, 410 pages de texte et d’errata, xlix pages de tables et 2 feuillets non chiffrés pour l’approbation et le privilège ; pour le troisième tome le titre en rouge et noir, vij pages d’avertissement, 573 pages, xciij pages de tables et d’errata et 2 feuillets non chiffrés pour l’approbation et le privilège. Veau brun moderne à l’imitation, dos à nerfs orné,  tranches rouges.

1 250 €

Unique édition du premier texte vétérinaire écrit par Bourgelat qui eut un grand retentissement à l’époque de sa parution. Initialement prévu en six volumes, cet ouvrage est resté inachevé et se trouve donc complet en trois tomes. Ceux-ci ont été réalisés avec soin comme en témoignent les pages de titre imprimées en rouge et noir, les deux frontispices et les fines vignettes de têtes de chapitres gravées par Le Grand d’après Delamonce. Avec ce texte, Bourgelat dépoussière la vieille maréchalerie et ouvre le chemin à ce qui sous son impulsion, est en train de devenir la science vétérinaire.

Bel exemplaire de cet ouvrage que l’on trouve rarement complet et dont la reliure moderne à l’imitation est du meilleur goût.

——————————————————————

VITET, Louis.- Médecine Vétérinaire

VITET, Louis.- Médecine Vétérinaire, par M. Vitet, Docteur & Professeur en Médecine. Nouvelle Edition. Tome premier, Contenant L’Exposition de la Structure & des Fonctions du Cheval & du Boeuf… Tome second, contenant L’Exposition des Maladies du Cheval, du Boeuf, de la Brebis, &c… Tome troisième, contenant L’Exposition des Médicaments nécessaires au Maréchal, & l’Analyse des Auteurs qui ont écrit sur l’Art Vétérinaire, depuis Végece jusqu’à nos jours.- A Lyon, chez les Frères Perisse, Imprimeurs-Libraires, Grande rue Merciere. 1783. Avec Approbation & Privilege.-  3 volumes in-8° avec pour le premier vii feuillets pour le titre et la table des matières et 742 pages, pour le second 834 pages et 12 feuillets de table et pour le troisième 2 feuillets de titres puis 2 parties de 349 pages et 269 pages, 9 feuillets pour la table des auteurs, le titre placé là par erreur, les tables, les errata et le privilège. Veau moderne à l’imitation, dos à nerfs ornés.

 900 €

Seconde édition en tous points conforme à l’originale. D’abord docteur en médecine humaine, Vitet s’intéressa à l’art vétérinaire et après neuf années de recherches dans ce domaine et concrétisa l’aboutissement de ses travaux par la parution de cet ouvrage. Bien que durement critiqué par ses contemporains et notamment  par Chabert, Flandrin et Huzard, son ouvrage fut néanmoins plusieurs fois traduit et reconnu pour avoir participé à la modernisation de la science vétérinaire. La dernière partie intitulée Analyse des auteurs qui ont écrit sur la Médecine vétérinaire depuis Végèce demeure une importante source de documentation et constitue une des premières bibliographies imprimées sur ce thème.

Bon exemplaire de ce livre devenu rare, surtout complet de ses trois tomes. Traces d’humidité en fin du deuxième tome principalement localisées dans le coin supérieur externe. Inversion des deux derniers feuillets de table du tome II.

Mennessier: II, 632 – Musset Pathay: 1053 : Le mérite de ce livre fut généralement reconnu, et l’on s’accorde à dire qu’il est utile et profond – Huth: 45

—————————————————————–

SIND, J. B. Baron de.- Manuel du Cavalier

SIND, J. B. Baron de.- Manuel du Cavalier, qui renferme les connaissances nécessaires pour conserver le cheval en santé, & pour le guérir en cas de maladie. Seconde édition, revue, corrigée, considérablement augmentée, & avec figures.- Paris, G. Desprez, 1766.- petit in-12° de xii pages pour le titre, l’avertissement, la table, 248 pages de texte, 3 planches, 2 feuillets pour l’approbation et le privilège du Roi. Veau blond marbré de l’époque, dos lisse orné, tranches rouges.                                                                          

VENDU 550 €

57-sind

Unique édition française ; celle à laquelle l’auteur fait référence dans l’avertissement ayant probablement été imprimée en 1761 mais en Allemand. Ce petit ouvrage soigné est orné de 3 planches hors texte : elles représentent des mors et gourmettes et un modèle de fer fixé au sabot du cheval au moyen de courroies inventé par l’auteur. A la fin de son livre, Sind vante les mérites d’un  électuaire contre la  morve des chevaux  dont  il tient à préserver  jalousement le secret, il fut d’ailleurs accusé d’avoir composé ce Manuel du cavalier dans le seul but d’en faire la publicité.

Bel exemplaire parfaitement frais et dans sa première reliure n’ayant subi aucune restauration.

Mennessier: II, 514 – Vitet: III, 242

——————————————————————

BOURGELAT, Claude.- Traité de la Conformation Extérieure du Cheval

BOURGELAT, Claude.- Elémens de l’art vétérinaire. Traité de la Conformation Extérieure du Cheval, des considérations auxquelles il importe de s’arrêter dans le choix qu’on doit en faire, des soins que cet animal exige, &c. &c. A l’usage des elèves des Ecoles Royales Vétérinaires de France.- A Paris, Chez la  Veuve Vallat-La-Chapelle, Libraire, 1785.- Relié avec : Hippomêtre ou Instrument Propre à Mesurer les Chevaux, & à juger des dimensions & proportions des parties différentes de leur corps, avec l’explication des moyens de faire usage de cet instrument.- A Paris, Chez Vallat la Chapelle, 1768 .- in-8° avec pour le premier 2 feuillets pour le titre et l’avertissement du libraire, 303 pages, une planche dépliante et pour le second 2 feuillets pour le titre et l’approbation et 38 pages. Basane de l’époque, dos à nerfs orné, tranches marbrées.

800  €

Troisième édition de ce texte important dans l’histoire des sciences vétérinaires, dans lequel est reliée la planche des proportions du cheval dessinée par Vincent, et auquel a été joint le petit texte de l’Hippomêtre qui se rencontre quelquefois seul. Plusieurs fois réédité, Le Traité de la conformation demeure le texte de Bourgelat le plus populaire ; souvent cité, il fut fréquemment utilisé comme référence dans les années qui suivirent sa parution.

Bon exemplaire en reliure de l’époque dont la coiffe supérieure a fait l’objet d’une restauration ancienne, ex libris manuscrit ancien au titre d’un nommé Chartrain.

 ——————————————————————

WINTER DE ADLERSFLÜGEL, Georges Simon.- Georgii Simonis Winteri Bellerophon

 

WINTER DE ADLERSFLÜGEL, Georges Simon.- Georgii Simonis Winteri Bellerophon, sive Eques peritus. Hoc est: Artis Equestris accuratissima Institutio, Opere bipartio, seu duobus Libris, absoluta; quorum prior modum explicat, (…); sed in usum Exterorum Latino etiam sermone descripta.- Norimbergae (Nuremberg) Wolfangi Mauritii Endteri, & Haeredum Johannis Andreae Endteri, 1678.- in-folio du titre frontispice gravé, deux feuillets pour les titres en latin et en allemand, 6 feuillets pour la dédicace de l’auteur à Leopold Ier, les lettres en allemand et latin de l’auteur au lecteur, la table, une planche double non numérotée représentant les outils du maréchal insérée ici par erreur et faisant partie de l’ouvrage relié ensuite, 191 pages de texte, 104 planches hors texte d’équitation numérotées, 66 planches hors-texte dont 65 doubles contenant 115 figures de mors.

Relié avec du même auteur :

Hippiater expertus, seu Medicina Equorum Absolutissima, Tribus Libris comprehensa/ Quorum I. Agit de Equorum Temperamentis; Aetate cognoscenda… II. De affectibus internis Thoracis & Abdominis… III. De omnis generis Unguentis; Oleis; Balsamis & Emplastris in genere…- Nuremberg, Wolfgang Moritz Endter und Johann Andreae Endters Erben, 1678.-   in-folio de 8 feuillets pour le titre frontispice gravé, le titre imprimé en Latin, le titre imprimé en Allemand, la préface, un poème, la table des chapitres, 490 pages contenant 41 vignettes gravées réparties dans tout le texte, 5 feuillets pour l’index et l’errata.

Relié avec du même auteur :

Traité nouveau et augmenté de George Simon Winter de Adlersflügel pour faire race de chevaux Divisé en trois Parties. Dont la première Traite des grands avantages qui viennent d’entretenir un Haras (…) La Seconde. De la Nation, des Defauts, de la Taille, des Poils, Signes & l’Age d’un Etalon & d’une Cavale de Race (…) La troisième De la Persone, des Devoirs & Charges du Maître du Haras, (…) Tout observé par expérience de plusieurs années, enrichi de tres belles figures, & pour service des autres Nations traduit de la langue Alemande en la Latine, Italienne et Françoise.- A Nuremberg, Aux dépens de Wolfgangue Maurice Endter, 1703.- in-folio de 10 feuillets pour le titre gravé, le titre imprimé en latin et allemand, le titre imprimé en italien et français, la dédicace à l’Empereur, la lettre au même, la lettre au lecteur, la table dans les quatre langues, 223 pages de texte, une planche double non numérotée, 45 planches numérotées 34 dont plusieurs doubles et un tableau. Veau brun de l’époque, dos à nerfs orné, tranches granitées.

VENDU 13 500 €

WINTER 1

         Exceptionnelle réunion des trois livres majeurs de Winter de Adlersflugel reliés ensemble au début du 18ème siècle. L’ensemble débute par la première édition du Bellerophon, le plus bel ouvrage illustré de l’auteur qui fut écuyer, officier des haras, hippiatre et dirigea entre autres le haras principal de Marbach. Le texte en Latin et en Allemand est imprimé sur deux colonnes et contient un très grand nombre de planches. Plusieurs figures sur bois représentant des plans de terre sont placées dans le texte et illustrent la première partie consacrée à l’équitation, la seconde partie qui traite de l’élevage et des soins aux chevaux, entre dans la catégorie très prisée à l’époque des textes de maréchalerie. Les nombreuses planches  consacrées à l’équitation s’inspirent de l’Instruction du Roy en l’exercice de monter à cheval du français Antoine de Pluvinel et suivent la progression de l’apprentissage d’un gentilhomme depuis sa mise en selle jusqu’à l’exécution des sauts de Haute Ecole. Ces gravures, comme celle du frontispice, sont de la main de Cornelius Nicolas Schurtz de Nuremberg et ont été gravées par plusieurs ateliers dont ceux de N. Schurti, B. Reckna et surtout P. Troschel.

            Le second livre est dans sa première édition et il s’agit d’un traité vétérinaire imprimé sur deux colonnes en Latin et Allemand. Il est orné d’un beau titre-frontispice représentant l’auteur en apothicaire faisant réduire un remède, un maréchal pratiquant une saignée au chanfrein d’un cheval contenu dans un travail et une vue d’officine d’herboriste. Le texte est illustré de 43 figures gravées en taille-douce réparties dans tout le corps de l’ouvrage ; les deux premières numérotées A et B représentent le système dentaire du cheval et les suivantes numérotées de I à XLI, des chevaux malades ou en train d’être traités. Ces vignettes sont de la main de l’auteur du frontispice: Cornelius Nicolas Schurtz de Nuremberg et mesurent 152 x 112 mm.

Le troisième livre de Winter est son célèbre Traité nouveau pour faire race de chevaux qui est ici dans sa troisième édition augmentée et qui reste l’ouvrage le plus curieux qu’il ait produit. A coté des sujets habituels abordés par la littérature de l’époque, il tente un essai de classification par races des différentes familles de chevaux utilisées a son époque. Deux planches  représentent 18 types de chevaux qui vont du Perse au Frison, en passant par l’Arabe, le Turc, le Napolitain et surtout le Barbe, race sur laquelle l’auteur s’attarde en faisant notamment référence au texte de Léon l’Africain. Suivent ensuite plusieurs planches consacrées à la monte dont les deux planches représentant l’accouplement d’un âne sur une jument et celui dit contre nature d’un taureau sur une jument, montrant qu’à l’évidence, l’auteur (ou le dessinateur) n’a jamais vu la verge d’un taureau. Cette dernière est souvent absente car censurée à l’époque, elles a rarement été reliée.

              Auteur souvent décrié par les vétérinaires pour avoir répété les mêmes erreurs que ses prédécesseurs, Winter nous a laissé de précieux témoignages sur son époque au moyen d’ouvrages illustrés toujours très recherchés. Comme la plupart de ses confrères, il fait appel à toutes sortes de formules s’apparentant souvent à la sorcellerie, à l’astrologie et aux croyances les plus extraordinaires ; malgré ou à cause de cela, ses textes sont d’un grand intérêt pour la compréhension des mentalités du 17ème siècle, l’histoire de l’équitation et celles des pratiques ayant précédé la naissance de la véritable science vétérinaire. On peut également attribuer fort justement à cet auteur hors normes le titre d’inventeur du Marketing en matière de livres équestres pour avoir eu l’idée d’offrir son Traité nouveau pour faire race de chevaux en quatre langues, sans doute afin d’en optimiser les ventes.

             Très bel exemplaire que l’on ne peut espérer trouver en meilleure condition, car rigoureusement complet (ce qui est réellement exceptionnel) et indemne des rousseurs souvent fortement marquées affectant la plupart des exemplaires vus à ce jour. Ex libris gravé du 18ème  siècle au verso du premier titre avec la mention Insigna Linckeriana, certainement le premier possesseur du livre. La reliure d’origine a été restaurée à la coiffe supérieure et aux coins.

I- Mennessier: II, 650 – Anderhub: 365 – Huth: 25  – Toole Stott: 2467 – absent de Wells.

II- Mennessier: II, 650 – Huth: 25 – Toole Stott: 2467 – absent de Wells.

III- Mennessier: II, 649 – Anderhub: 364 – Nissen: 4426 – Toole Stott: 2465 – Absent de Huth et de Lipperheide  – Wells: 8289 – Graesse: VII, 463 – Brunet: V: 1465 – Pour Tröschel: Benezit: X, 283.

 ——————————————————————

KUNSTLICHER Bericht und aller zierlichste beschreybung

 KUNSTLICHER Bericht und aller zierlichste beschreybung des Edlen Vhesten unnd Hochberümbten Hern Friderici Grisonis Neapolitanischen hochlöblichen Adels: Wie die Streitbarn Pferdt (durch welche Ritterliche Tugendten mehrers thails geübet) zum Ernst und Ritterlicher Kurtzweil geschickt und volkommen zumachen…- Augsburg, Michael Manger in verlegung Elie Willers, 1599.- in-folio de 10 feuillets non chiffrés pour le titre en rouge et noir, la dédicace de Johann Fesser le Jeune, la lettre du même au lecteur, deux explications des termes techniques italiens, la dédicace à Federico Grisone, une planche dépliante figurant le siège des maladies du cheval, 235 pages de texte illustrées de nombreuses planches à pleine page, 20 feuillets non chiffrés contenant 20 planches de tournoi avec l’explication au verso, 2 feuillets pour le huitième livre et le colophon. Vélin de l’époque, dos lisse portant les vestiges d’un décor peint grossièrement effacé.

VENDU  5 600 E

kunstlicher -1

Quatrième réémission qui consiste en une remise sur le marché de celles de 1570, 1573 et 1580 et qui en cela, se révèle strictement identique aux précédentes avec pour seule différence le changement d’année au titre. Ce bel ouvrage réalisé par Johann Fayser (ou Fesser) est connu et recherché pour l’abondance et la qualité de ses illustrations dont la plupart  montrent des cavaliers à cheval ce qui n’est pas courant à l’époque.

Les bois sont de quatre factures différentes, une première série de trois reprend les deux plans de terre et la planche dépliante de l’édition de 1566 de la traduction Allemande du Grisone. Une seconde série de 45 planches représente des chevaux en pied, des cavaliers évoluant sur des plans de terre, des écuyers en train de débourrer un cheval, de le coucher ou de l’habituer aux bruits de la guerre. Une troisième série de 20 planches montre différents modèles de mors, de muserolles et de caveçons. Enfin les 20 planches de la dernière partie mettent en scène des figures du tournoi.

Parmi les illustrations de cavaliers, on peut déceler une différence de technique aussi bien dans le dessin que dans la gravure qui laisse penser que l’on ait fait appel à deux ateliers différents. Cette disparité est visible lorsque l’on confronte les planches encadrées d’un trait gras à celles qui en sont dépourvues. Un petit encadrement en tête du titre comporte en caractères grecs le mot Hippokomike, probablement en hommage au rarissime traité d’hippologie écrit par Joachim Camerarius en 1539 et intitulé Hippocomicus.

Plusieurs confusions sont régulièrement faites au sujet de cet ouvrage dont la plus récurrente est de le présenter comme la première traduction Allemande de Grisone, or il n’en est rien car celle-ci est de 1566 et ne comporte que les deux habituels plans de terre pour illustrations. Le Kunstlicher Bericht est plutôt une compilation réalisée à partir des écrits d’auteurs comme Rusius, Grisone et Fiaschi dont il reprend les portées musicales. D’autre part, plusieurs bibliographes et une majorité de libraires attribuent la paternité de ces planches à Jost Amman or les chevaux de ce dernier sont totalement différents de ceux-ci : ils sont en général long jointés, ont les paturons fléchis et donnent l’impression de poser leur pied en pince. Or si les  chevaux du Kunstlicher Bericht ont des défauts, ils n’ont au moins pas ceux-là.

            Bel exemplaire bien complet de la planche double hors texte du siège des maladies du cheval. La plupart du temps insérée en toute fin d’ouvrage et à cause de cela fortement endommagée ou absente, elle a ici été reliée entre l’introduction et le début du texte et à cause de cela, se trouve dans un état de conservation idéal.

Mennessier: I, 581 n’a pas vu d’exemplaire et cite celui du catalogue Huzard – Toole Stott: 2023 n’a vu que les éditions de 1573 et de 1623 – Nissen: 1723 – Lipperheide: II, 2893 

 ——————————————————————

GARSAULT, François Alexandre, d’après SNAPE, Andrew.- L’Anatomie Générale du Cheval

GARSAULT, François Alexandre, d’après SNAPE, Andrew.- L’Anatomie Générale du Cheval, contenant Une ample & exacte description de la forme, situation & usages de toutes ses parties (…) et Quelques observations Physiques, Anatomiques & curieuses sur différentes parties du Corps & sur quelques Maladies. Le tout enrichi de Figures. Traduit de l’Anglois Par F. A. De Garsault, Capitaine du Haras du Roy en Survivance.- A Paris, Chez Barthelemy Laisnel, Alexis-Xavier-René Mesnier, Antoine Gandouin et la Veuve Pissot,  1732. Avec approbation et privilège du roy.- in-4° de xxviii pages pour le titre imprimé, la préface du traducteur, la préface ce l’auteur, l’explication des termes tirez du Grec & du Latin, l’approbation, une planche gravée hors-texte faisant frontispice, 340 pages, 22 planches et 2 feuillets non chiffrés pour les errata et le privilège du Roy. Basane de l’époque, dos à nerfs orné, tranches granitées.

VENDU 1 450 E

garsault

Edition originale du premier ouvrage qui, bien qu’anonyme, fut écrit par Garsault et qui compte parmi les plus rares de sa très riche production. Bien qu’il présente cette oeuvre comme une traduction d’Andrew Snape, maréchal de la cour de Charles II, il semble qu’il ait pris quelques libertés avec le texte initial, et se soit surtout servi des planches de l’anglais pour en dessiner sa propre version. Les illustrations concernant l’anatomie du cheval ont toutes été copiées  par Snape  sur l’anatomia del cavallo de Ruini puis ensuite redessinées par Garsault comme en atteste la mention F. A. Garsault fecit figurant en bas de la première placée en frontispice.

Exemplaire resté frais et dans sa première reliure restaurée qu’il est rare de trouver complet de ses planches ; en effet, celles-ci n’ayant pas été encartées et cousues, on les trouve le plus souvent non reliées et simplement insérées. La reliure a été discrètement restaurée et la pièce de titre refaite. Ex libris manuscrit de l’époque au titre : vauville fontenay.

Mennessier: I, 526 – Quérard: III, 269

 ——————————————————————

LAFOSSE, Philippe-Etienne, dit LAFOSSE fils.- Cours d’hippiatrique

 

LAFOSSE, Philippe-Etienne, dit LAFOSSE fils.- Cours d’hippiatrique, ou traité complet de la médecine des chevaux, orné de soixante & cinq planches gravées avec soin. Par M. Lafosse, Hippiatre.- A Paris, chez Edme, Libraire, rue des Carmes, au collège de Presle. Et chez l’Auteur, rue de l’Eperon, 1772. Avec privilège du Roi.- (450 x 335 mm) Deux volumes de format grand in-folio avec pour le premier 5 feuillets pour le frontispice, le faux-titre, le portrait de l’auteur par Harguiniez et gravé par Michel, le titre imprimé, la dédicace à son Altesse Charles-Eugène de Lorraine, xj pages pour la préface et l’approbation, xvii pages pour l’explication des planches et les errata, 186 pages de texte et 46 planches dont beaucoup sont dépliantes et contiennent des erreurs de numérotation. Pour le second volume 215 pages de texte allant de la page 187 à la page 402, 19 planches allant de la planche 47 à la planche 65 et vj pages de table. Demi veau à coins de l’époque, dos à nerfs ornés de leur pièce de titre en maroquin rouge et de roulettes dorées, tranches granitées.

14 000 €

LAFOSSE 2

            Tirage de tête sur Grand Papier de l’unique édition de ce véritable monument élevé à l’hippiatrie, pour la réalisation duquel rien ne fut négligé : papier, impression, dessin, gravure, tout y est de la meilleure qualité. Lafosse est une des personnalités de son siècle qui a le plus fait progresser sa spécialité. Ecarté de l’enseignement de la toute nouvelle Ecole Vétérinaire d’Alfort par la volonté de son rival Bourgelat auquel il vouera toujours la haine la plus farouche, il ouvre un cours d’hippiatrique privé où il enseigne à des maréchaux et à des vétérinaires étrangers parfois envoyés à Alfort par leur gouvernement.

Avec son cours d’hippiatrique, il signe non seulement l’ouvrage le plus complet écrit jusqu’alors sur ce sujet, mais un des plus beaux livres techniques de son siècle. Les planches dessinées par Harguiniez, qui a aussi exécuté celles de l’article Manège de l’encyclopédie, sont d’une qualité et d’un rendu hors du commun. Elles renferment une quantité importante de figures qui ont trait à l’extérieur, l’anatomie, la ferrure, les instruments et le mobilier de la forge, les maladies, les tares, etc… Après ceux de l’Italien Ruini et de l’Anglais Stubbs (également présents dans le catalogue), cet ouvrage est le premier écrit par un Français à innover dans le domaine de l’anatomie du cheval. Cette partie est traitée avec d’autant plus de rigueur que l’auteur y prend plaisir à réfuter les erreurs et les omissions commises par son rival et ennemi Bourgelat. Suite à son succès, cet ouvrage sera traduit en plusieurs langues dont l’Allemand et l’Espagnol et sera régulièrement pillé par les vulgarisateurs de tous poils pendant plus d’un siècle.

Bel exemplaire dans sa première reliure, sur grand papier, à très grandes marges et le seul trouvé à ce jour dont les deux parties du texte sont reliées en deux volumes distincts, sans doute afin de le rendre plus facilement manipulable. Il est rare de trouver cet ouvrage en bon état, complet et surtout sur grand papier car seul un nombre restreint d’exemplaires du tirage de tête ont bénéficié de cette particularité.

Mennessier: II, 20 – Nissen: 2360 – Huth: 46 – Cohen: 587 – Brunet: III, 765: “Ouvrage fort bien exécuté et qui a été longtemps le meilleur que l’on eut sur cette science” – Mellon: 61 – Leclainche: II, 47 et suiv – Graesse: IV, 77

 ——————————————————————

STUBBS, George. The Anatomy of the Horse

 

STUBBS, George. The Anatomy of the Horse. Including A particular Description of the Bones, Cartilages, Muscles, Fascias, Ligaments, Nerves, Arteries, Veins, and Glands. Illustrated by twenty-four plates. By George Stubbs, Painter.- London, Henry G. Bohn 1853.-  Grand in folio de 2 feuillets pour le titre imprimé et la lettre au lecteur, 68 pages de texte et 24 planches gravées. Demi veau à coins postérieur, dos lisse orné.

8 000 €

STUBBS

Troisième édition de ce livre somptueux dont tous les tirages anciens sont rares. Reconnu comme le plus grand peintre animalier anglais de la fin du dix-huitième siècle, Stubbs (1724-1806), fut également un anatomiste distingué. A l’égal d’un Léonardo da Vinci, il ressent un jour le besoin d’approfondir ses connaissances en physiologie afin d’en retranscrire les détails avec justesse dans sa peinture. Dans ce but, il achète une ferme dans le Lincolshire et y passe 18 mois à disséquer un grand nombre de chevaux en consignant avec soin ses observations sur le papier. Après cette retraite consacrée à l’étude, il se rend à Londres vers 1759, expose ses dessins et souhaite les faire graver, mais aucun artisan ne veut entreprendre un tel travail ; aussi décide-t-il de le faire lui-même.

Après sa mort survenue en 1806, Mary Spencer hérite de ses dessins et de ses plaques de cuivres ; elle les cède en mars 1817 à un certain Colnaghi qui les vendra quelques années plus tard  à Edwin Landseer. Nous ne pouvons  affirmer avec certitude qui de ces possesseurs eut l’idée d’utiliser les précieuses plaques, en revanche Sir Walter Gilbey signale dans The life of George Stubbs paru en 1898, l’existence d’un tirage effectué en 1853 qui s’avère être le nôtre.

Les planches gravées en taille-douce sont de deux natures : les unes montrent des vues anatomiques d’écorchés où apparaissent les organes dans tous leurs détails ; les autres reprennent les mêmes vues uniquement dessinées au trait mais dont chaque partie est identifiée par un numéro repris dans les commentaires du texte. Toutes rendent  compte des moindres détails avec une précision extrême. Contrairement à ses prédécesseurs Ruini et Lafosse, Stubbs ne met pas ses sujets en scène, il les dépeint d’une manière dépouillée en dehors de tout décor et ses vues anatomiques sont représentées en pied et dans des situations d’allures naturelles.

Bel exemplaire en parfait état de conservation de cet ouvrage scientifique de la première importance dont le papier est resté parfaitement frais et dont les estampes n’ont rien perdu de leur finesse et de leur précision.

Podeschi: 57 – Smith: 108 – Nissen: 4027 décrit cette édition comme la deuxième et mentionne l’existence d’une suivante en 1899 – Huth: 42 – Leclainche: II, 37 « Au point de vue artistique, l’oeuvre de Stubbs n’a jamais été égalée »

 ——————————————————————

RUINI, Carlo.- Anatomia del cavallo

 

RUINI, Carlo.- Anatomia del cavallo, infirmita et suoi rimedii. Opera nuova, degna di qualsivoglia Prencipe, & Cavaliere, & molto necessaria à Filosofi, Medici, Cavallerizzi, & Marescalchi. Del Signor Carlo Ruini Senator Bolognese. Adornato di Bellissimi Figure, le quali dimostrano tutta l’Anatomia di esso Cavallo. Divisa in due Volumi. De quali questo Primo in cinque Libri copiosamente dichiara tutte le cose apparteneti alla detta Anatomia. Con due bellissime Tavole, una de’ Capitoli, l’altra delle cose notabili.- Venetia, Appresso Lorenzo Basegio, 1707.- In-folio avec pour le premier livre le titre et 250 pages comprenant l’introduction, le texte dont 64 planches et la table des chapitres puis pour le deuxième livre le titre, 266 pages pour l’introduction, le texte et la table des matières. Parchemin de l’époque, dos à nerfs uniquement orné du titre manuscrit en tête.

            VENDU 5 500 €

ruini-1

Quatrième édition Italienne de ce traité complet d’anatomie du cheval qui est à l’histoire des sciences vétérinaires ce que le de humani corporis fabrica de Vesale représente pour l’histoire de la médecine humaine.  Ce tirage est le quatrième après ceux de 1598, 1599 qui est une rémission, 1602 et 1618. Peu d’ouvrages auront autant été copiés et mis à contribution que celui-ci  mais surtout, bien peu auront suscité autant d’interrogations sur la paternité de son texte comme de ses dessins.

En effet, à la toute fin du seizième siècle, Carlo Ruini est avant tout connu comme un juriste réputé de Bologne. Auteur de deux ouvrages intitulés Primum volumen Consiliorum et Responsorum sive Consiliorum, on l’imagine assez mal délaisser le confort de son étude et rejoindre l’équivalent des abattoirs et des équarrissages de l’époque (quand on sait ce qu’ils devaient être…) pour s’y livrer aux délices de la dissection. Les spécialistes en veulent pour preuve la profondeur du texte et la précision de la description de la circulation sanguine qui, d’après eux, furent le fait d’un réel spécialiste de l’anatomie. Quant aux planches, leur  dessin est celui d’un véritable artiste, amenant plusieurs chercheurs à envisager leur attribution à Léonardo da Vinci ou au Titien. Le mystère reste entier et la discussion toujours ouverte.

Bel exemplaire de cet ouvrage d’une importance exceptionnelle dans l’histoire des sciences et des connaissances humaines ; son retentissement fait dire à Singer dans son livre The Evolution of Anatomy paru en 1925 His book is the first devoted to the anatomy of an animal, and is one of the finest achievement of the heroic age of Anatomy, et à Garrison-Morton: ”First book devoted exclusively to the structure of a single species other than man. Besides being one of the foudation-stones of modern veterinary medecine, it contains a description of the lesser circulation. The admirable plates are by some authorities attribute to Leonardo da Vinci”. L’exemplaire est dans première reliure indemne de toute restauration, ex libris manuscrit contemporain  pouvant être Di P. Vicenzo Massioli.

Mennessier: II, 465 – Nissen: 3514 – Paul Mellon collection: 16 – Huth: 13 – Leclainche: I, 218 – Graesse: VI, 191 – Brunet: IV, 1458 – Garrison Morton: 285 – Absent de Adams – Anderhub possédait un exemplaire taré de cette édition, Curnieu n’avait que les deux éditions postérieures et Sarasin l’édition de 1707

 ——————————————————————

 

VEGETIUS, Publius-Renatus.- Mulomedicina

 

VEGETIUS, Publius-Renatus.- Mulomedicina. De Curis Boum Epithoma.- manuscrit sur papier de format petit in folio de 114 feuillets de la seconde moitié du 15ème siècle. Reliure de l’époque en veau brun sur ais de bois, dos à trois nerfs orné à froid, plats ornés d’une succession d’encadrements à froid avec en leur centre un décor doré formé de quatre fleurons superposés avec, pour le premier plat, le nom de l’auteur VEGETIVS en lettres dorées. Vestiges de liens, tranches dorées et gaufrées.

prix sur demande

vegetius-1

Exceptionnel manuscrit signé par son copiste Hyppolite de Luna, réglé et écrit d’une belle écriture humanistique parfaitement lisible, employant peu de ligatures et présentant de nombreuses similitudes avec les fontes du caractère romain créées par Nicolas Jenson à Venise à partir de 1470. Chaque page mesure 190 x 282 mm et affiche un texte de 28 lignes de 140 x 185 mm dans la réglure, offrant ainsi de belles marges annotées entre-autres par Hyppolite de Luna lui-même. Les cahiers de début et de fin d’ouvrage sont de 10 feuillets dont le premier et le dernier sont collés à la reliure, les 12 autres cahiers sont de 8 feuillets chacun avec un manque d’un feuillet au huitième cahier (ff 58). Chaque fin de cahier est signalée par la présence d’une réclame formée du mot commençant le cahier suivant écrit perpendiculairement sur la ligne de réglure interne.

Publius Renatus Végèce vécut au quatrième siècle et selon Bernard du Poy-Monclar,  son premier traducteur Français en 1563, il ne ferait qu’un avec l’auteur du célèbre traité d’art militaire de l’Antiquité De Re Militari. 

Notre exemplaire se compose de quatre livres : les deux premiers sont exclusivement consacrés aux maladies du cheval, le troisième traite de la préparation des médicaments quant au quatrième, il concerne la médecine des bêtes bovines.

Feuillet 1 r. Prologo

Feuillet 3r. Incipit liber primus

Feuillet 39v.Incipit prohemium secundus

Feuillet 92v. Incipit tertius prohemium

Feuillet 101r. Finis tercii et ultimi libri de Mulomedicinae

Feuillet 102r. De curis boum epithima ex diversis auctoribus incipit

Feuillet 112v. Indice

Même s’il cite Pelagonius et les Agronomes latins, l’œuvre de Végèce est avant tout influencée par les textes des hippiatres grecs des Géoponiques rassemblés au dixième siècle sous le règne de l’empereur Constantin Porphyrogénète. Ces auteurs qui sont à la base de la médecine vétérinaire occidentale, ont synthétisés tous les savoirs des médecines vétérinaires Byzantines et surtout Arabes pour ensuite les faire connaître à l’ensemble du monde méditerranéen via la Sicile, l’Italie et surtout, la civilisation Arabo-Andalouse. On retrouve notamment les traces de ces savoirs Arabes dans l’emploi des feux, de la cautérisation et surtout dans les matières premières entrant dans les compositions des topiques, onguents et collyres. Cet héritage des connaissances Arabes et leur assimilation au sein de la culture européenne fait de Végetius un véritable passeur de connaissances. Grace à cela, son traité de médecine équine est unanimement considéré comme le plus complet et le plus détaillé du genre et comme le seul que nous ayons pu préserver dans sa totale intégrité. C’est à partir de  tels documents que l’humaniste et médecin collectionneur de manuscrits Janos Zsamboki (Nagyszombat 1531- Vienne 1584), plus connu sous son nom latinisé de Ioannus Sambucus, mit en ordre et fit imprimer pour la première fois ce texte à Bâle en 1528 sous le titre Pvb. Vegetii Viri Illvstris Mulomedicina.

Le volume se termine par l’Explicit du copiste en ces termes : Hoc Vegetii Libellos Hippolytus Lunensis mendosissimo exemplari qua potuit diligentia transcripsit. En 1472 le copiste érudit Hippolyte de Luna (Hippolytus Lunensis) est entré au service du Roi de Naples Ferrante de Argon pour qui il a réalisé ce travail. De Marinis a identifié une vingtaine de manuscrits de sa main répartis dans les plus grandes bibliothèques du monde parmi lesquels ceux de Quintilien, Platon traduit par Marcile Ficin ou encore Lorenzo Valla. Trois exemplaires de ce notre texte sont conservés à la Bibliotheca de la Universidad de Valencia. Pour avoir pu comparer ce texte à celui de l’éditio princeps de 1528, plusieurs variantes les distingue, donnant ainsi tout leur sens aux marginalias d’Hippolyte de Luna dont les prudents Opinor et Credo anticipent les corrections et les ajustements qui suivront jusqu’à l’établissement du texte définitif de 1528.  En cela, ce manuscrit est d’une importance capitale tant pour la compréhension du travail humanistique effectué par le copiste que pour la genèse du premier livre vétérinaire connu en occident.

La reliure a été réalisée à Naples à la fin du XVème siècle et présente de fortes similitudes avec celle d’un autre texte de Vegetius intitulé Epitoma Rei Militaris attribuée à l’atelier de Masone di Maio. Considéré à l’époque comme « excellente, unico en su arte », Masone di Maio est cité par T. de Marinis dans La legatura artistica in Italia, I, planche XXXVII, n°224 ainsi que par A. Hobson dans son ouvrage Humanists and Bookbinders, Cambridge, 1989, pp 110 & 111 où une planche reproduit une reliure présentant de fortes similitudes avec la nôtre.

            Superbe manuscrit d’un texte rare et d’une importance capitale pour l’histoire des sciences vétérinaires héritées du monde Arabo-Byzantin et la compréhension des mécanismes de transmission humanistique des savoirs dans la deuxième moitié du XIVème siècle. Ce livre est également intéressant par sa reliure attribuée à Masone di Maio dont très peu d’exemplaires subsistent dans le monde.

 ——————————————————————

SAINT-ANGE, Charles Casimir BEUCHER, Marquis de.- Cours d’Hippologie

SAINT-ANGE, Charles Casimir BEUCHER, Marquis de.- Cours d’Hippologie Par M. de Saint-Ange, Ecuyer, chargé de la direction du Haras d’études de l’Ecole de cavalerie.- Saumur, Godet, 1849-1850.- deux volumes in-8° de VII-264 pages et IV-412 pages. Demi-basane de l’époque, dos lisse orné du titre en lettres dorées et de filets dorés.

320 €

Première édition de ce classique de l’hippologie remarquable pour ses 9 planche hors texte gravées d’après Zéphirin Gengembre et les figures qui l’illustrent. Un chapitre important est consacré au cheval arabe et à ses dérivés. Cet ouvrage est peu courant, surtout complet de ses  planches, mais les rousseurs habituelles à ce tirage n’ont pas épargné cet exemplaire.

 ——————————————————————-

RICHARD, Antoine dit du Cantal.- Etude du Cheval

RICHARD, Antoine dit du Cantal.- Etude du Cheval de Service et de Guerre suivant les Principes Elémentaires des Sciences Naturelles.- Paris, Hachette, 1857.- in-8° de XXIV-476 pages. Demi veau blond de l’époque, dos lisse orné de deux pièces de titres en lettres dorées sur maroquins noirs.

260 €

Deuxième édition de cet ouvrage dédié à la Société impériale d’Acclimatation et  commençant par une lettre à M. Isidore Geoffroy de Saint-Hilaire. Ce texte plus spécialement consacré à l’hippologie, est, comme tous ceux de cet auteur fécond, une mine de renseignements sur l’histoire du cheval dans notre pays et des nouvelles pratiques agronomiques essentiellement axées sur l’amélioration de l’alimentation, l’hygiène et les accouplements raisonnés. Bon exemplaire dans sa première reliure bien conservée.

 ——————————————————————-

LIEVIN, Henri.- Le Cheval à Deux Fins

LIEVIN, Henri.- Le Cheval à Deux Fins.- Paris, Legoupy, 1902.- in-8° de 242 pages. Demi-basane rouge de l’époque, dos à nerfs orné du titre en lettres dorées et de motifs floraux dorés.

VENDU 180 €

Unique édition illustrée de ce texte peu courant dans lequel l’auteur définit le modèle idéal à rechercher chez le cheval de service capable de chasser, de sauter adroitement, de soutenir un effort durable et d’être attelé. Bon exemplaire bien relié dont les couvertures d’origine ont été conservées.

  ——————————————————————-

LE VAILLANT DE SAINT DENIS, Charles Prosper, chevalier.- Recueil d’Opuscules sur les Différentes Parties de l’Équitation

LE VAILLANT DE SAINT DENIS, Charles Prosper, chevalier.- Recueil d’Opuscules sur les Différentes Parties de l’Équitation.- A Versailles, chez Blaizot- A Paris, chez Froullé, 1789.- in-8° de XVI pages pour le faux-titre, le titre, la table, la dédicace à son Altesse Charles-Eugêne de Lorraine, l’avant-propos, la préface, 169 pages, une planche dépliante, 2 feuillets pour les errata et l’approbation. Demie percaline à coins postérieure, dos lisse orné du titre en lettres dorées.

480 €

Unique édition de cet ouvrage rare consistant en une suite d’observations et de conseils  sur l’hygiène, la nourriture et le travail des chevaux, bien complet de la planche gravée dépliante représentant une suspension de barres inventée par l’auteur. On sait peu de chose de lui, sinon qu’il fut écuyer du manège de Versailles. Son livre est dédicacé à Charles Eugène de Lorraine, Prince de Lambesc, connu entre autre pour avoir fait charger son régiment sur les citoyens assemblés aux Tuileries le 12 juillet 1789, faisant de nombreuses victimes. Cette malheureuse dédicace sur un livre publié à Versailles et, qui plus est en 1789, est probablement pour beaucoup dans le fait que l’on ait perdu la trace de l’auteur après cette année fatidique.

  ——————————————————————-

LEBEAUD M.- Manuels Roret – Manuel Complet du Vétérinaire

LEBEAUD M.- Manuels Roret – Manuel Complet du Vétérinaire contenant La Connaissance générale des Chevaux, la Manière de les élever (…) suivi de l’art de l’équitation.- Paris, Librairie Roret, 1828.- in-12° de 336 pages, 1 planche à déplier. Demi-veau vert de l’époque, dos lisse orné avec le titre en lettres dorées, tranches marbrées.

190 €

Seconde édition revue et considérablement augmentée et la première des éditions Roret que Mennessier  n’a pas rencontrée. L’auteur fut  professeur à l’Ecole Vétérinaire d’Alfort et son ouvrage connut un grand succès, comme en témoignent les multiples rééditions et leurs traductions en italien et en espagnol. Exemplaire bien relié dont le papier a très légèrement roussi.

  ——————————————————————-

GOBERT, H. J.- Le Cheval

GOBERT, H. J.- Le Cheval – Son Organisation – Son Entretien – Son Utilisation.- Paris, Baillière, 1907.- in-8° de VIII-412 pages. Demi-basane marron foncé, dos à nerfs orné du titre en lettres dorées.

180 €

Première édition de cet ouvrage illustré de 80 figures dans le texte dans lequel l’auteur s’efforce de résumer en termes simples et précis, ses connaissances sur l’entretien du cheval et son utilisation rationnelle.

  ——————————————————————-

ANONYME.- Abrégé d’hippiatrique

ANONYME.- Abrégé d’hippiatrique extrait des meilleurs auteurs.- Cambrai, F. Hurez, 1823.- in-8° de II-154 pages. Basane fauve racinée de l’époque, dos lisse orné du titre en lettres dorées et de bouquets floraux dorés.

440 €

Deuxième édition en partie remaniée et augmentée qui fait suite aux deux premiers tirages de 1819 imprimés sur ordre du Comte d’Andlau alors Colonel des cuirassiers d’Angoulême et destinés à ses officiers de cavalerie.  Les meilleurs auteurs en question sont principalement Bourgelat, Girard et Flandrin. L’ouvrage se divise en trois parties : l’ostéologie, l’extérieur du cheval et enfin quelques règles d’hygiène. Trois tableaux et cinq planches se dépliant illustrent ce livre peu courant. Bon exemplaire dans sa première reliure non restaurée dont les coins sont légèrement émoussés.

 ——————————————————————-

TRICHTER, Valentin.- Georg Simon Winters Wohlerfahrner Pfrede-Artzt

TRICHTER, Valentin.- Georg Simon Winters Wohlerfahrner Pfrede-Artzt, welcher gründlich lehrt wie man die Complexion des Pferde, ihre Natur und Alter erkennen, alle innerlichen und äusserlichen Krankheiten (…) mit neuen Zusätzen und erleichternten Kupfern versehen von Valentin Trichter.- Philadelphia, Edmund Y. Schelly, 1840.- fort in-8° de 839 pages et 44 planches la plupart dépliantes. Basane racinée de l’époque, dos lisse orné de filets dorés, tranches jaunes, un fermoir de cuivre sur les deux.

1 400 €

Rare édition américaine de Philadelphie donnée par Valentin Trichter du texte de George Simon Winter intitulé Hippiater expertus, seu Medicina Equorum Absolutissima paru en 1678 à Nuremberg chez les Endter. Les figures illustrant l’original ont été redessinées et gravées sur bois dans un style archaïque et le texte a été imprimé en caractères gothiques. Il est curieux de constater que les principes de Winter régissant les soins aux chevaux, déjà trouvés vieillots et dépassés par Solleysel au 17ème siècle, aient encore trouvé un intérêt en 1840. Cet exemplaire est au moins là pour témoigner de la lenteur des progrès vétérinaires en Amérique comme ailleurs. Bel exemplaire de cette curiosité de la plus insigne rareté avec une note manuscrite en allemand de son premier possesseur Cristian Pfulmacher datée de 1840, ex libris de la collection d’Henri Sarasin.

——————————————————————-

CARDINI, F.- Dictionnaire d’Hippiatrique et d’Équitation

CARDINI, F.- Dictionnaire d’Hippiatrique et d’Équitation – Ouvrage où se trouvent réunies toutes les connaissances hippiques.- Paris, chez Mme Bouchard-Huzard, 1848.- in 8° de XVI-720 pages pour le Tome I et 596-V pour le tome II.- Demi veau blond de l’époque, dos à nerfs ornés du titre et de la tomaison en lettres dorées et d’un décor doré et à froid.

600 €

Deuxième édition revue, corrigée, augmentée de moitié et ornée de 70 planches hors texte  lithographiées d’après des dessins de Charles de Luna représentant les diverses races de chevaux, des fers, selles, mors, brides etc… Cette édition est la seule illustrée et contient selon le bibliographe Mennessier de La Lance, beaucoup de renseignements intéressants pouvant être utilement consultés. Bel exemplaire dans sa première reliure.

——————————————————————-

ANONYME.- Abrégé d’hippiatrique extrait des meilleurs auteurs

ANONYME.- Abrégé d’hippiatrique extrait des meilleurs auteurs.- Cambrai, F. Hurez, 1823.- in-8° de II-154 pages. Basane fauve racinée de l’époque, dos lisse orné du titre en lettres dorées et de bouquets floraux dorés.

440 €

Deuxième édition en partie remaniée et augmentée qui fait suite aux deux premiers tirages de 1819 imprimés sur ordre du Comte d’Andlau alors Colonel des cuirassiers d’Angoulême et destinés à ses officiers de cavalerie.  Les meilleurs auteurs en question sont principalement Bourgelat, Girard et Flandrin. L’ouvrage se divise en trois parties : l’ostéologie, l’extérieur du cheval et enfin quelques règles d’hygiène. Trois tableaux et cinq planches se dépliant illustrent ce livre peu courant. Bon exemplaire dans sa première reliure non restaurée dont les coins sont légèrement émoussés.

——————————————————————-