FERRARO, Pirro Antonio.- Cavallo frenato

FERRARO, Pirro Antonio.- Cavallo frenato di Pirro Antonio Ferraro Napolitano, cavalerizzo della Maesta di Filippo II. Re di Spagna N S. Nella real cavallerizza di Napoli. Diviso in Quattro Libri (…) Con licentia de’ superiori, et privilegio.- In Venetia, 1620. Appresso Francesco Prati.- in-folio de deux ouvrages reliés en un volume avec pour le premier le titre en rouge et noir, 118 pages de texte, un feuillet intercalé entre les pages 16 et 17 pour la dédicace de l’éditeur et la préface, un feuillet pour la table et pour le second 256 pages pour le titre, la table, la préface, le texte et la marque de l’imprimeur. Demi vélin ancien postérieur, dos lisse avec le titre manuscrit.

4 000 €

Seconde édition illustrée qui succède à celle de 1602 mais avec une présentation et des planches différentes, une troisième identique à celle-ci mais avec un titre nouveau, sera donnée dans la même ville de Venise par les successeurs de Giovani  Battista Combi en 1653. Ce bel ouvrage est illustré de 140 figures gravées sur bois dans le texte, la plupart à pleine page, dont deux sont des planches anatomiques du cheval et 138 représentent différents types de mors et de pièces d’harnachement en usage à l’époque.

25-ferraro

Pirro Antonio Ferraro fut écuyer du Roi Philippe II d’Espagne et comme son père Giovanni Battisto, il s’inscrit dans la tradition équestre de l’école napolitaine de Grisone et de Pignatelli.  La première partie traite des races et des soins aux chevaux, la seconde des mors, museroles et brides employés en Italie, Espagne, Pologne et Turquie. A ce sujet un chapitre est particulièrement intéressant, car il décrit l’usage della briglia ginetta ; ce type de mors à gourmette hérité de la culture Arabo-Hispanique est abordé ici avec importance et onze planches à toute page reproduisent plusieurs modèles de genettes. Leur usage sera d’une importance capitale en cette première partie du 17ème siècle puisqu’on les retrouvera non seulement chez La Broue mais également dessinées et gravées par crispin de Passe pour l’Instruction du Roy de Pluvinel. Devenues Bâtardes au siècle suivant, elles s’éclipseront ensuite pour emboucher les barbes et arabes-barbes remontant la cavalerie française d’Afrique du Nord de la première moitié du 20éme siècle.

Bon exemplaire dont quelques planches de la seconde partie ont été anciennement rehaussées à la gouache.      

Toole Stott: 1954 – Wells: 2388 – Fairman Rogers: 273 – Huth: 14 – Quereuil: 102 – Lipperheide: II, 2904.

—————————————————————–