RUGENDAS, Georg Philipp.- Scènes équestres italiennes et militaires

RUGENDAS, Georg Philipp.- Scènes équestres italiennes et militaires.- Augsbourg, sans date (début du 18ème siècle).- in-folio oblong de 18 planches. Demi chagrin brun du 19ème siècle, dos à nerfs muet, plats recouverts de percaline.

3 000 €

Recueil factice composé de 18 planches gravées et teintées en noir, blanc et brun. Né à Augsbourg le 27 novembre 1666 et mort dans cette même ville en 1742, Georg Philipp Rugendas fut peintre, graveur à l’eau forte, graveur à la manière noire et éditeur. Elève d’Isaac Fischer, il travaille dans le genre de son maître et acquiert une solide réputation non seulement dans son pays mais également en Italie où il se rend en 1692. Il travaille d’abord à Venise auprès de Giovanni-Baptista Molinari puis gagne Rome où il obtient un début de célébrité. Rappelé au chevet de son père mourant, il retourne à Augsbourg en 1695, et assiste aux massacres  des guerres de succession d’Espagne. Il puise la plus grande part de son inspiration dans les scènes de bataille dont il est le témoin et en retranscrira l’horreur dans plusieurs suites d’eaux-fortes. Son œuvre gravée est importante et à l’image de celle de Parrocel en France, autre peintre de bataille, elle témoigne d’une parfaite connaissance du cheval. Il étudie sa représentation avec justesse et le dessine, selon le bibliographe Mennessier de La Lance, avec correction, élégance et une fidélité anatomique rare à son époque et même après lui.

rugendas-2

Comme Ridinger, son compatriote et successeur, il s’adonne presque exclusivement au dessin du cheval au point qu’il ne grave pratiquement pas de scène sans que cet animal n’y soit représenté. Né en 1708, son fils Christian lui succède et grave à Augsbourg les présentes épreuves comme en témoigne la mention en bas à droite Christian Rugendas sculpsit et excudit Aug. Vind. Ces planches sont intéressantes car elle témoignent des deux sources d’inspiration de son père liées au deux périodes de sa vie: l’Italie qu’il a connue avant 1695 avec ses décors de ruines antiques puis la guerre et sa violence après son retour.

Rare suite de cet artiste important et peu connu en France dont Ridinger et d’autres s’inspireront ensuite. Certaines épreuves ont été renforcées ou partiellement doublées sans que cela n’affecte jamais le sujet gravé.

Mennessier : II, 464 « ses gravures sont peu répandues et peu connues en France » – Benezit : IX, 171.

——————————————————————-