STRADANUS, (Jan van der Straet) et SADELER, Jean.- Equile

STRADANUS, (Jan van der Straet) et SADELER, Jean.- Equile in quo omnis generis generosissi, morum equorum ex variis orbis partibus insignis delectus. Ad vivum omnes delineati à celeberrimo Pictore Iohane Stradano Belga Brugensi et expensis, ac studio Marci Sadeleri in lucem editi.- sans lieu ni date (Venise, tout début du dix-septième siècle) .- in 4° oblong d’un feuillet pour le titre gravé, un feuillet pour la dédicace au Comte François Crescenzi placée dans un encadrement à sujet allégorique, 40 planches. Veau moderne, dos à nerfs orné.

VENDU 11 500 €

P1050244

       Edition originale de cet ouvrage rare dont toutes les planches ont été dessinées en les agrandissant sur le modèle de celles gravées par Philippe Galle et publiées à Anvers vers 1568. Le dessinateur en est le peintre Belge Stradanus dont le véritable nom est Jan van der Straet. Né à Bruges en 1523 , il est initié à l’art par son père qu’il perd tôt, devient maître à Anvers, puis travaille à Lyon avant de gagner l’Italie. Là on le retrouve à Venise, Florence, Reggio, Rome, Naples, puis il retourne à  Florence où il finit ses jours en 1605. Les planches de cette édition ont été gravées par Jean Sadeler. Né en 1550, il apprend la gravure avec son père qui exerce la profession de damasquineur. Il travaille ensuite un peu partout en Allemagne puis gagne également l’Italie et s’établit à Rome puis à Venise : c’est pendant cette période de sa vie qu’il grave les planches de l’Equile.

       Chaque estampe représente un cheval dans un paysage parfois reproduit d’après nature comme pour Naples et Rome. La race du cheval est écrite en latin dans la planche et un quatrain également en Latin est placé en pied de chaque composition. Les scènes les plus remarquables sont celles où les chevaux sont en action : Duellum Equinum, Equus Liber et Incompositu, Equus Germanicus, Phryso ou encore celle représentant une famille de centaures ou une troupe de chevaux sauvages en train de se battre. Le cheval de Stradan est toujours épais et sa façon de traiter les oreilles est reconnaissable entre toutes ; son dessin se révélera important dans l’histoire de l’art en général et plus particulièrement dans celle du livre équestre car il influencera bon nombre d’artistes, comme par exemple l’auteur de la célèbre page de titre gravée de la seconde édition de 1602 du Cavalerice François de Salomon de La Broue. Outre le caractère artistique de sa représentation du cheval, Stradan nous laisse surtout un témoignage unique et inégalé sur le type et le modèle des montures employées par les proto-théoriciens de l’école de Naples, de leurs élèves et de ceux qui leurs succéderont pendant encore au moins un siècle.

       Bel exemplaire de cette suite véritablement rare qui est la première complète vue à ce jour. Les planches sont en premier tirage et à très grandes marges. Quelques pages présentent des traces de déchirures anciennement restaurées. La variation du nombre d’estampes d’un bibliographe à l’autre s’explique par la prise en compte ou non du titre et du frontispice gravés dans la collation.

Mennessier : II, 536 – Anderhub : 335 – Absent de Huzard, de Huth et des catalogues consultés.

 ——————————————————————