WINTER DE ADLERSFLÜGEL, Georges Simon.- Georgii Simonis Winteri Bellerophon

 

WINTER DE ADLERSFLÜGEL, Georges Simon.- Georgii Simonis Winteri Bellerophon, sive Eques peritus. Hoc est: Artis Equestris accuratissima Institutio, Opere bipartio, seu duobus Libris, absoluta; quorum prior modum explicat, (…); sed in usum Exterorum Latino etiam sermone descripta.- Norimbergae (Nuremberg) Wolfangi Mauritii Endteri, & Haeredum Johannis Andreae Endteri, 1678.- in-folio du titre frontispice gravé, deux feuillets pour les titres en latin et en allemand, 6 feuillets pour la dédicace de l’auteur à Leopold Ier, les lettres en allemand et latin de l’auteur au lecteur, la table, une planche double non numérotée représentant les outils du maréchal insérée ici par erreur et faisant partie de l’ouvrage relié ensuite, 191 pages de texte, 104 planches hors texte d’équitation numérotées, 66 planches hors-texte dont 65 doubles contenant 115 figures de mors.

Relié avec du même auteur :

Hippiater expertus, seu Medicina Equorum Absolutissima, Tribus Libris comprehensa/ Quorum I. Agit de Equorum Temperamentis; Aetate cognoscenda… II. De affectibus internis Thoracis & Abdominis… III. De omnis generis Unguentis; Oleis; Balsamis & Emplastris in genere…- Nuremberg, Wolfgang Moritz Endter und Johann Andreae Endters Erben, 1678.-   in-folio de 8 feuillets pour le titre frontispice gravé, le titre imprimé en Latin, le titre imprimé en Allemand, la préface, un poème, la table des chapitres, 490 pages contenant 41 vignettes gravées réparties dans tout le texte, 5 feuillets pour l’index et l’errata.

Relié avec du même auteur :

Traité nouveau et augmenté de George Simon Winter de Adlersflügel pour faire race de chevaux Divisé en trois Parties. Dont la première Traite des grands avantages qui viennent d’entretenir un Haras (…) La Seconde. De la Nation, des Defauts, de la Taille, des Poils, Signes & l’Age d’un Etalon & d’une Cavale de Race (…) La troisième De la Persone, des Devoirs & Charges du Maître du Haras, (…) Tout observé par expérience de plusieurs années, enrichi de tres belles figures, & pour service des autres Nations traduit de la langue Alemande en la Latine, Italienne et Françoise.- A Nuremberg, Aux dépens de Wolfgangue Maurice Endter, 1703.- in-folio de 10 feuillets pour le titre gravé, le titre imprimé en latin et allemand, le titre imprimé en italien et français, la dédicace à l’Empereur, la lettre au même, la lettre au lecteur, la table dans les quatre langues, 223 pages de texte, une planche double non numérotée, 45 planches numérotées 34 dont plusieurs doubles et un tableau. Veau brun de l’époque, dos à nerfs orné, tranches granitées.

VENDU 13 500 €

WINTER 1

         Exceptionnelle réunion des trois livres majeurs de Winter de Adlersflugel reliés ensemble au début du 18ème siècle. L’ensemble débute par la première édition du Bellerophon, le plus bel ouvrage illustré de l’auteur qui fut écuyer, officier des haras, hippiatre et dirigea entre autres le haras principal de Marbach. Le texte en Latin et en Allemand est imprimé sur deux colonnes et contient un très grand nombre de planches. Plusieurs figures sur bois représentant des plans de terre sont placées dans le texte et illustrent la première partie consacrée à l’équitation, la seconde partie qui traite de l’élevage et des soins aux chevaux, entre dans la catégorie très prisée à l’époque des textes de maréchalerie. Les nombreuses planches  consacrées à l’équitation s’inspirent de l’Instruction du Roy en l’exercice de monter à cheval du français Antoine de Pluvinel et suivent la progression de l’apprentissage d’un gentilhomme depuis sa mise en selle jusqu’à l’exécution des sauts de Haute Ecole. Ces gravures, comme celle du frontispice, sont de la main de Cornelius Nicolas Schurtz de Nuremberg et ont été gravées par plusieurs ateliers dont ceux de N. Schurti, B. Reckna et surtout P. Troschel.

            Le second livre est dans sa première édition et il s’agit d’un traité vétérinaire imprimé sur deux colonnes en Latin et Allemand. Il est orné d’un beau titre-frontispice représentant l’auteur en apothicaire faisant réduire un remède, un maréchal pratiquant une saignée au chanfrein d’un cheval contenu dans un travail et une vue d’officine d’herboriste. Le texte est illustré de 43 figures gravées en taille-douce réparties dans tout le corps de l’ouvrage ; les deux premières numérotées A et B représentent le système dentaire du cheval et les suivantes numérotées de I à XLI, des chevaux malades ou en train d’être traités. Ces vignettes sont de la main de l’auteur du frontispice: Cornelius Nicolas Schurtz de Nuremberg et mesurent 152 x 112 mm.

Le troisième livre de Winter est son célèbre Traité nouveau pour faire race de chevaux qui est ici dans sa troisième édition augmentée et qui reste l’ouvrage le plus curieux qu’il ait produit. A coté des sujets habituels abordés par la littérature de l’époque, il tente un essai de classification par races des différentes familles de chevaux utilisées a son époque. Deux planches  représentent 18 types de chevaux qui vont du Perse au Frison, en passant par l’Arabe, le Turc, le Napolitain et surtout le Barbe, race sur laquelle l’auteur s’attarde en faisant notamment référence au texte de Léon l’Africain. Suivent ensuite plusieurs planches consacrées à la monte dont les deux planches représentant l’accouplement d’un âne sur une jument et celui dit contre nature d’un taureau sur une jument, montrant qu’à l’évidence, l’auteur (ou le dessinateur) n’a jamais vu la verge d’un taureau. Cette dernière est souvent absente car censurée à l’époque, elles a rarement été reliée.

              Auteur souvent décrié par les vétérinaires pour avoir répété les mêmes erreurs que ses prédécesseurs, Winter nous a laissé de précieux témoignages sur son époque au moyen d’ouvrages illustrés toujours très recherchés. Comme la plupart de ses confrères, il fait appel à toutes sortes de formules s’apparentant souvent à la sorcellerie, à l’astrologie et aux croyances les plus extraordinaires ; malgré ou à cause de cela, ses textes sont d’un grand intérêt pour la compréhension des mentalités du 17ème siècle, l’histoire de l’équitation et celles des pratiques ayant précédé la naissance de la véritable science vétérinaire. On peut également attribuer fort justement à cet auteur hors normes le titre d’inventeur du Marketing en matière de livres équestres pour avoir eu l’idée d’offrir son Traité nouveau pour faire race de chevaux en quatre langues, sans doute afin d’en optimiser les ventes.

             Très bel exemplaire que l’on ne peut espérer trouver en meilleure condition, car rigoureusement complet (ce qui est réellement exceptionnel) et indemne des rousseurs souvent fortement marquées affectant la plupart des exemplaires vus à ce jour. Ex libris gravé du 18ème  siècle au verso du premier titre avec la mention Insigna Linckeriana, certainement le premier possesseur du livre. La reliure d’origine a été restaurée à la coiffe supérieure et aux coins.

I- Mennessier: II, 650 – Anderhub: 365 – Huth: 25  – Toole Stott: 2467 – absent de Wells.

II- Mennessier: II, 650 – Huth: 25 – Toole Stott: 2467 – absent de Wells.

III- Mennessier: II, 649 – Anderhub: 364 – Nissen: 4426 – Toole Stott: 2465 – Absent de Huth et de Lipperheide  – Wells: 8289 – Graesse: VII, 463 – Brunet: V: 1465 – Pour Tröschel: Benezit: X, 283.

 ——————————————————————